Si les chaussures de rando de notre collègue Frank Polotzek pouvaient parler, que diraient-elles ?

Elles nous parleraient de la boue en automne, de flaques sur les chemins du Bliesgau reconnu réserve de biosphère par l’UNESCO, de ravins cailloutés entre des rochers gris, de passerelles en bois, de doux sentiers sinuant à travers les prés-vergers et probablement aussi d’une pause méritée sur un banc au milieu des fleurs des champs.

3 000 kilomètres sur les sentiers de rando labellisés de la Sarre en quatre ans, elles en ont vu du pays par monts et par vaux. Frank Polotzek de la mission Qualité Tourisme en Sarre (TQS) explique la marche à suivre : « Je sors aussi par mauvais temps, en automne et en hiver. Il est nécessaire de voir et de contrôler les chemins une fois par saison afin de repérer d’éventuels problèmes dus par exemple à la végétation ».

3 000 kilomètres – cela correspond presque à l’aller-retour du pèlerinage de Sarrebruck à Saint-Jacques de Compostelle.

3000 kilomètres – c’est comme si Frank avait fait pour ainsi dire un tour d’Allemagne en suivant les frontières.

3 000 kilomètres – c’est trois fois la longueur de la Loire, le fleuve le plus long de France.

À première vue, elles ont encore l’air correct. Mais Frank dit qu’elles ne tiennent plus vraiment au pied.

Adieu sans grandes pompes, c’est l’heure de la retraite. Mais Frank a retrouvé chaussures à ses pieds et s’est remis en marche.